Rechercher
  • Olga Aleksandrova

La musique contemporaine dans le théâtre

Mis à jour : avr. 7

Le résumé de la rencontre organisée par le Festival Golden Mask Moscou sur le sujet de la musique contemporaine et des compositeurs au théâtre.


La rencontre s’est déroulée avec les compositeurs Alexander Belousov (THE BOOK OF SERAPHIM), Alexei Syumak (FROST THE RED NOSE), Sergei Nevsky (Laureat du Golden Mask Theatre Award).


L'Homme sans nom, K. Serebrennikov, P. Aidu, N. Kukushkin, A. Barmenkov, Gogol-Centre, Moscou

1. La création musicale contemporaine est l’une des tendances du théâtre russe aujourd’hui. Néanmoins, il faut vraiment diviser les fonctions de la musique dans l’opéra, la danse, le théâtre et aux concerts. La question principale : qui est le décideur / décideuse dans le spectacle en question. En effet celui ou celle qui passe une commande, celui-ci (celle-là) décide de sa façon de travailler avec le compositeur, celui-ci (celle-là) décide ce qui sera plus important dans le spectacle : la mise en scène, la musique ou les deux. Dans le dernier cas, le théâtre devient collaboratif où le compositeur a autant de place dans la création de la conception du spectacle que le metteur en scène, le scénographe et le comédien. Les compositeurs pensent que c’est une meilleure façon de créer la musique pour le spectacle. Dans le cadre du RUSSIAN CASE, la production THE MAN WITH NO NAME en est un bon exemple.

2. Un autre spectacle où le compositeur Alexander Belousov est également le metteur en scène : THE BOOK OF SERAPHIM basé sur les « Démons » de Dostoïevski. Alexander avoue qu’en créant la musique, il devait penser aux aspects conceptuels du spectacle, à l’espace théâtral et à la mise en scène, - il devait avoir une vision globale de la création. C’est quelque chose de vraiment nouveau.

3. Tous les compositeurs admettent que le théâtre dramatique avec ses plateaux des fois atypiques et des salles plus petites offrent plus d’opportunités pour la création, l’innovation et l’expérimentation que la maison de l’opéra classique où le processus de la création du spectacle est très réglementé.

4. Je me suis demandé si cette nouvelle tendance de donner plus de place à la musique dans le théâtre dramatique est une façon de dire sans parler, est-ce le résultat de l’envie de faire sonner le non-dit ou l’interdit ?

5. Une autre question qui revient toujours sur la table : est-ce que le metteur en scène est compétent dans la conception du spectacle musicale ? Et est-ce que le compositeur est assez compétent pour penser plus grand, plus conceptuel en prenant en compte l’impératif du théâtre ? Pour le moment, la réponse est la suivante : on s’arrange au cas par cas.


Je pense que les metteurs en scène doivent comprendre davantage le processus de la création musicale, de l’interprétation et de leurs limites, aussi bien que les compositeurs doivent comprendre le genre théâtral et ses règles. Cela est possible et réussi surtout dans le cadre du théâtre collaboratif (« horizontal ») où on s’intéresse à l’art de chacun et on écoute.



#theatre

Posts récents

Voir tout